Archive

enfance

 

Lors du salon de livre de l’Alliance Française de Chicago, samedi 9 mars 2019, j’aurai l’honneur de m’entretenir avec l’auteur, M. Azouz Begag.

Son premier roman Le Gone du Chaâba raconte une enfance vécue dans les bidonvilles de Lyon. « Un livre touchant et drôle qui pose l’indéracinable problème de l’identité, de l’appartenance et du racisme ». Après avoir rencontré un succès considérable, le livre est adapté au cinéma par Christophe Ruggia et obtient le grand prix du festival de Cannes Junior en 1997.

Son dernier ouvrage Mémoires au soleil paraît en 2018 et nous décrit la maladie d’Ali Zaïmeur « comme disent les copains (de Bouzid) au Café du Soleil ». Bouzid, le père du narrateur Azouz, souffre de cette maladie « qui mange les souvenirs des gens, déjà qu’on n’en avait pas beaucoup ». Un récit émouvant aux dimensions historiques, linguistiques et philosophiques.

Entre ces deux ouvrages phares, l’auteur Azouz Begag, né à Lyon dans une famille d’immigrés algériens, réussit une carrière unique d’écrivain, de professeur, de sociologue, de chercheur au CNRS et d’homme politique. Militant de la cause des cités et des banlieues, il est parrain de l’ONG Bibliothèques Sans Frontières qui œuvre pour l’accès au savoir et l’appui aux bibliothèques en France et à travers le monde. Il devient Ministre pour la promotion de l’égalité des chances dans le gouvernement Villepin de 2005 à 2007.

Azouz Begag a également été nommé Chevalier de l’ordre national du Mérite et Chevalier de la Légion d’honneur.

Un échange qui promet d’être riche et passionnant.

 Alliance Française de Chicago – Salon du livre, samedi 9 mars 2019 à partir de 14h.

sdlflyer2

La plus belle de mes vignettes estivales,
Deux perles rayonnantes vers lesquelles je tends
Deux grands yeux au monde innocents, un regard franc
Que rien encore n’a pu toucher, si loin du mal !

La vie coule dans sa prunelle émeraude
Minérale et précieuse, toujours mutine
elle me raconte une histoire cristalline
Et parle sans mot dans une langue chaude.

Les traces de jeunesse en mille flammettes
Aux beaux jours jaillissent au front des pommettes
Adoucissent le visage en amande

De joie, le nez se plisse, puis se retrousse,
ne laissant qu’une tendre petite frimousse,
Un air câlin qui chaque matin me transcende.

les yeux de Paul

Les Arenes de Lutece - Paris

Saupoudrées au gré du vent, quelques fleurs émergent du tapis de verdure. En pointillé, leurs couleurs au ton pastel caressent le regard, elles entonnent une mélodie harmonieuse et belle. Leur douceur laisse rêveur car elle évoque un autre temps, passé – enfoui ailleurs.

C’est un souvenir d’enfance que le tableau vient raviver ; et d’autres sons accompagnent bientôt l’image, des cris désordonnés et joyeux. Les oreilles bourdonnent, deux petits pieds foulent l’herbe folle et la terre sent bon le frais.

La paix s’installe, le bien-être est à bout de bras.

ImageDonner accès à l’éducation, première pierre dans l’édifice de la liberté…une évidence mais qui cependant doit être rappelée, et pour laquelle il est toujours bon d’œuvrer, s’engager. C’est ce que se propose l’association « Blooming, s’épanouir à l’école » nouvellement fondée par Nadia Haton et composée de plusieurs personnes dont le parcours diffère mais que les talents et la volonté humanitaire regroupent.

Blooming apporte actuellement son aide en Inde, mais d’autres projets suivront, partout où le manque de possibilités et de moyens empêchent aux enfants d’accéder à la connaissance, et donc à la pleine réalisation de soi.

Les façons d’aider sont multiples. Elles se font sous forme de donations sachant qu’un apport financier minime peut sécuriser une année scolaire pour un enfant de Bangalore ou bien permettre d’élever le niveau général de l’école locale ; sous forme de volontariat sur place ou à distance ; mais encore via toute action de sensibilisation et de diffusion.

Pour preuve ce billet qui j’espère, vous fera cliquer sur le site de Blooming, au nom aussi bien choisi que prometteur : http://blooming-sepanouiralecole.org.

ImageDe froid, de fièvre
On s’enfonce dans le blanc
Tout le corps en feu.

Dans l’air un « Maman ! »
Que crient mille bouches
Se perd dans le froid

Boules de sucre
Pommes rouges de l’enfance
Plaisir fondant

Joyeux cortège
Les rires perlent au vent
Des enfants au jeu.

Luges de couleur
Glissent, souffles et bise
Un Brueghel d’antan.

.
Qui n’a pas été touché par la grâce surannée des contes, la fascination qu’ils exercent à tout âge, et l’incroyable richesse qu’ils représentent?
On pense à Perrault, aux frères Grimm mais aussi à Andersen, et à bien d’autres ancrés dans les traditions et légendes de chaque culture.
Il y a deux cent ans, en 1812, les frères Grimm publiaient Kinder und Hausmaerchen, une occasion pour l’Institut Goethe à Chicago d’organiser une journée autour des contes, avec une représentation théâtrale, des débats en anglais et enfin des ateliers pédagogiques en allemand et en français pour professeurs de langue.Grimm et Perrault seront à l’honneur. J’animerai la formation de Perrault en français et les activités pédagogiques qui pourront ensuite être réutilisées en classe de français.
Nous verrons du manga à l’opéra, de la prose à la poésie, du texte écrit aux jeux de rôles, mille et une façons possibles de travailler les contes en cours de langue.

Formation du 13 avril, 2012 – en anglais, allemand et français
Organisé par le Goethe Institut et le consulat français à Chicago
130 North Michigan Avenue, Suite 200, Chicago, Illinois 60601