Archive

Tag Archives: cours

Qui dit fin d’année, dit en France et pour ceux bien sûr que les mots transportent, rentrée et prix littéraires. On attend les derniers crus comme le beaujolais nouveau et découvre quelques inconnus ou en salue d’autres déjà intronisés. Une cérémonie comme une autre qui permet de connaître ou reconnaître. Il y a ceux qui sont répertoriés et ceux qui finalement sont choisis. Les deux listes sont intéressantes, même si l’une défraie plus les médias que l’autre.C’est dans ces listes, entre autres et dans le temps aussi, que j’ai fait mon marché, les dernières cuvées ayant retenu mon attention pour mon prochain cours de littérature.

A travers extraits et passages choisis nous aborderons les livres dont tout le monde parle et aussi ceux que personne ne connaît encore :

o Alexis Jenni – L’Art français de la guerre (Prix Goncourt – 2011)
Dans cette fresque l’auteur nous entraîne dans une méditation sur la guerre, vécue et vue par la France, le tout sur toile de fond du 20e siècle. Deux histoires se donnent la réplique, celle du narrateur et celle du héro principal, Victorien Salagnon « il m’apprit à peindre, et en échange je lui écrivis son histoire ».

o Delphine de Vigan – Rien ne s’oppose à la nuit (2011)
L’auteur dresse un portrait de sa mère disparue. Elle retrace sa vie, celle qu’elle a connue et imagine l’autre, celle qui lui échappe. Intimiste, courageux et pudique, une magnifique introspection sur la famille, ses secrets et ses blessures.

o David Foenkinos – Les souvenirs (2011)
On le connaît léger et plein d’humour (on pense ici à La délicatesse, Le potentiel érotique de ma femme ou Nos séparations), il se lance cette fois dans un genre plus grave, celui qui convie la mémoire et des réflexions plus existentielles sur la vieillesse, la mort et la famille. Les formules font mouche et le style est toujours enlevé.

o Sylvain Tesson – Dans les forêts de Sibérie (2011)
Imaginez-vous six mois en Sibérie, dans une isba en bois perdue dans l’immensité blanche et le silence. C’est le défi que s’est donné Sylvain Tesson, journaliste-écrivain-voyageur, et le récit de ce livre ou plus exactement journal de bord. On savait le bonheur dans le pré, serait-il dans la neige ?

o Philippe Claudel – L’enquête (2011)
L’auteur aime mener l’enquête et sonder l’humain ; ses autres livres comme Le rapport de Brodeck ou Les âmes grises l’ont prouvé. Cette fois il s’agit de comprendre une étrange épidémie de suicides ou ne serait-ce pas plutôt une autre fable kafkaïenne pour mieux cerner les méandres du Moi, et comprendre le sens de la vie.

o Michel Houellebecq – La carte et le Territoire (Prix Goncourt – 2010)
Chronique mondaine, roman à clefs, polar, l’auteur flirte avec les genres et heureusement nous épargne les dérives charnelles et peu ragoûtantes et dont il est généralement friand. Un livre aux multiples facettes et à la structure parfaitement maîtrisée, qui nous livre de façon parodique un reflet de notre société
(Et vive l’auto-plagiat ! je renvoie à un autre billet de ce blog intitulé Une pléiade d’auteurs pour l’année à venir)

o Frédéric Beigbeder – Un roman français (2009)
Sulfureux, mondain, tape-à-l’œil, le début du livre est fidèle à l’image médiatique du personnage, le reste est un retour en arrière sur son origine bourgeoise, la famille au sens plus large, une époque enfin.

o Olivier Adam – Des vents contraires (2009)
Qui dit absence dit béance, celle que vit un homme Paul Andersen, dont la femme disparaît subitement, sans laisser de traces. Dans la ville de son enfance et dans un décor agité de bord de mer, il tente alors avec ses deux jeunes enfants de refaire surface, de vaincre ses doutes et surmonter son désespoir.
Une adaptation cinématographique vient de sortir en décembre dernier, avec dans le rôle principal Benoît Magimel.

Alliance Française de Chicago – Cours de littérature session Hiver 2012

Orhan Pamuk, prix Nobel de littérature 2006, publie en 2008 Le musée de l’Innocence.Le roman qui se déroule à Istanbul entre 1975 et 1984 conte l’amour fou entre Kemal, jeune homme riche et cultivé de l’aristocratie stambouliote, et sa cousine éloignée, Füsun. Après de tragiques événements le héros se lance à la recherche du passé et consacre le reste de sa vie à ériger un musée à la mémoire de son amante. Il collectionne alors avec frénésie objets et reliques en relation avec son histoire d’amour.

Dans cette fable Pamuk se penche sur les paradoxes de la société turque, les contradictions entre le monde moderne et traditionnel, notamment en ce qui concerne l’amour et la liberté sexuelle. La ville d’Istanbul devient un personnage à part entière, entraînant le lecteur dans les méandres de l’âme humaine.

Nous explorerons dans ce cours les thèmes de l’obsession passionnelle, de la possession, du désir, ainsi que de la force du souvenir et du temps. Pamuk s’inscrit ici dans la lignée d’autres auteurs tels que Proust et son idée de temps retrouvé – analogies que nous ne manquerons pas d’étudier dans notre analyse de l’œuvre.

Alliance Française de Chicago – Cours de littérature session Hiver 2011-2012

De septembre à mai prochain j’aurai le plaisir d’animer les conversations du groupe de lecture de l’AF autour de sept œuvres :
  • La carte et le territoire de Michel Houellebecq
    Chronique mondaine, roman à clefs, polar, l’auteur flirte avec les genres et heureusement nous épargne les dérives charnelles et peu ragoûtantes et dont il est généralement friand.
    Un livre aux multiples facettes et à la structure parfaitement maîtrisée, qui nous livre de façon parodique un reflet de notre société.
  • La femme qui attendait d’Andreï Makine
    Poétique et empreint d’une aura de mystère, le roman fascine le lecteur jusqu’à la dernière page et ce, bien que le Temps peut-être en soit le seul vrai personnage.
    Idéaliste, descriptif et proustien – un vrai Makine!
  • La délicatesse de David Foenkinos
    Moins délicate ou subtile que le titre l’implique, une comédie à l’eau de rose qui n’est cependant pas dépourvue de charme. Les frères Foenkinos (David l’auteur et Stéphane, le réalisateur) se lancent en duo dans le tournage du film. Audrey Tautou prêtera ses yeux de biche au personnage principal. La sortie est prévue en 2012.
  • Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel
    Puissant, kafkaïen, un livre qui dérange et subjugue à la fois. Un nouvel éclairage de la violence (physique, psychique) de l’auteur-réalisateur du très beau film Il y a longtemps que je t’aime.
  • Tout bouge autour de moi de Dany Laferrière
    Un témoignage sur le vif du tremblement de terre en Haïti en janvier 2010, vécu par l’auteur (Québécois d’adoption et de nationalité canadienne) de passage dans son pays d’origine.
  • Les années d’Annie Ernaux
    Soixante ans d’histoire, collective et intime, que l’auteur reconstruit à travers le souvenir.
    Les retours en arrière au rythme des années sont perçus comme une série d’abymes et plongent le lecteur dans le vertige du temps, à la fois celui de la France, d’une génération, et d’un individu.
  • Ritournelle de la faim de Jean-Marie Le Clézio
    Roman d’apprentissage inspiré de l’histoire familiale de l’écrivain, le lecteur remonte le cours de la vie d’Ethel, à travers rêve et réalité.

Un aperçu de chaque auteur, à travers une œuvre et je l’espère une porte ouverte sur le reste de leurs parutions.

La femme fatale est un des grands mythes de notre société. Figure historique ou de fiction elle hante la mythologie gréco-romaine, judéo-chrétienne, mais aussi la littérature, la musique et la peinture.
Irrésistiblement belle et sexuellement effrénée elle symbolise à la fois luxure et manipulation. On s’éprend, se consume, puis finit souvent par succomber à ses charmes pervers.
Afin de lever le voile qui recouvre cette image troublante et fantomatique je propose à partir de septembre huit séances de cours et une flânerie à travers la littérature, les arts et les cultures.

• Lilith – Lilith d’Octave Mirbeau 1848-1917
Autres figures de la mythologie judéo-chrétienne : Eve, Dalila
Opéra Samson et Dalila de Camille Saint-Saëns 1835-1921

• Salomé – Moralités légendaires de Jules Laforgue 1860–1887 et Hérodias de Flaubert 1821-1880
Opéras Hérodiade de Jules Massenet 1842-1912 et Salomé de Richard Strauss 1864-1949
Poème Atta Troll de Heinrich Heine 1797-1856 et pièce de théâtre Salomé d’Oscar Wilde 1854-1900
Tableaux de Gustave Moreau 1826-1898 et de Gustav Klimt 1862-1918
Autres figures de la mythologie Gréco-romaine : Circé, les sirènes, Hélène de Troie

• Cléopâtre et Clarimonde – Une nuit de Cléopâtre et La morte amoureuse de Théophile Gautier 1811-1872
Opéra Antony and Cleopatra de Samuel Barber 1910-1981

• Manon Lescaut – Manon Lescaut de l’Abbé Prévost 1697-1763
Opéra Manon Lescaut de Puccini 1858-1924 et Manon de Jules Massenet 1842-1912

• Carmen – Carmen de Prosper Mérimée 1803-1870
Opéra Carmen de Georges Bizet 1838-1875

• Marguerite Gautier – La dame aux camélias d’Alexandre Dumas fils 1824-1895
Opéra La Traviata de Guiseppe Verdi 1813-1901

• Nana – Nana d’Emile Zola 1840-1902

• Femme fatale en général – Les fleurs du mal de Baudelaire 1821-1867
J’ai choisi en titre de cet article un vers du célèbre poème Les métamorphoses du Vampire :

« Moi, j’ai la lèvre humide, et je sais la science
De perdre au fond d’un lit l’antique conscience.
Je sèche tous les pleurs sur mes seins triomphants,
Et fais rire les vieux du rire des enfants.
Je remplace, pour qui me voit nue et sans voiles,
La lune, le soleil, le ciel et les étoiles !
Je suis, mon cher savant, si docte aux Voluptés,
Lorsque j’étouffe un homme en mes bras redoutés,
Ou lorsque j’abandonne aux morsures mon buste,
Timide et libertine, et fragile et robuste,
Que sur ces matelas qui se pâment d’émoi,
Les anges impuissants se damneraient pour moi ! »
(extrait)

… la liste est loin d’être exhaustive et ce n’est qu’un bref aperçu des plaisirs en perspective.

Classe de littérature, automne 2011 – Alliance Française de Chicago

Je propose cette fois de découvrir sur une année l’œuvre de Balzac – à travers quatre chef-d’œuvres : Eugénie Grandet, Le Père Goriot, Le Lys dans la vallée et La Cousine Bette.
Chaque roman fera l’objet d’une session et sera étudié en parallèle avec son ou ses adaptations cinématographiques.
A œuvre ambitieuse, projet ambitieux….d’où une année complète avec Balzac vs. une session.
Voici pour l’annonce à l’intention de l’Alliance Francaise:

Littérature Classique: Balzac Series
One year with Balzac’s Human Comedy!
A masterpiece and its film adaptation
Inspired by Dante’s Divine Comedy Balzac (1799-1850) created with La Comédie humaine one of France’ s major literary monuments of the nineteenth-century, influencing generations of novelists, such as Emile Zola, Gustave Flaubert, and Marcel Proust. Balzac’s ambitious plan eventually led to over 90 novels and short stories, including more than 2000 characters from every social class and every profession. With acute observation and visionary imagination he depicted in realistic detail the French Parisian and provincial society of his time, showing in his work not only passion, virtue, and faithfulness, but also misery, evil, and greed.

Over the course of one year we will explore four of Balzac masterpieces and show how these novels inspired several film adaptations.
The classes will cover:

• Fall 2010
Eugénie Grandet (scène de la vie de province/Scenes from Provincial Life – 1833)
• Late Fall 2010
Le Père Goriot (scène de la vie parisienne/Scenes from Parisian Life – 1835)
• Winter 2011
Le Lys dans la vallée (scène de la vie de campagne/Scenes from Country Life – 1836)
• Spring 2011
La Cousine Bette (scènes de la vie privée/Scenes from Private Life – 1846)

Each class will focus on one book with its film adaptation and can be taken individually.