Archive

plaisir

ImageUn nouveau concert privé d’Isabelle Olivier et la beauté d’assister à la création de son opéra jazz et harpe, intitulé « Don’t worry, be haRpy ».

Environ vingt-cinq minutes de plus que lors du dernier concert auquel j’assistais, et une œuvre qui s’étoffe, devient de plus en plus riche. S’il est un son possible à tirer de l’instrument, Isabelle l’a trouvé. Elle explore, les cordes, l’ossature de la harpe, joue des pédales, de l’inclination de l’instrument, des résonances, et ne craint pas d’employer d’autres éléments ou objets pour augmenter les possibilités, faire jaillir du néant sa composition. Le baron perché passe d’une branche à l’autre et tous les oiseaux pépient, accompagnent de leurs chants les bruits de la forêt de Ligurie.

Quelques morceaux de papier, insérés entre les cordes, donnent aux notes un accent métallique, une petite manivelle – sorte de tire bouchon à l’embout en acier, augmente les vibrations sonores, des gouttelettes d’eau au bout des doigts créent à s’y méprendre les vocalises des mésanges, des étourneaux ou des fauvettes.

Les notes pleuvent, joyeuses ou tristes, fortes ou douces; et la petite phrase musicale revient, ponctue le morceau et capte le spectateur qui chaque fois la retrouve, la suit, attend sa disparition puis son retour, ravi.

Le projet sera en ligne prochainement sur « kickstarter », pour une période d’un mois pendant laquelle tous ceux qui veulent voir ce beau projet d’opéra éclore, peuvent contribuer en apportant leur soutien financier.

A la harpe viendront alors s’ajouter d’autres instruments, d’autres musiciens…..bien plus à suivre….et d’ici là,  http://www.isabelleolivier.com.

Image

Ils prennent forme sur l’émail blanc. Perdus souvent au milieu du désert, ils s’étirent sur le plat, s’élancent vers le ciel ou bien se tiennent tout fiers en bordure parfois. On voudrait qu’ils occupent plus d’espace ou qu’ils se multiplient à mesure, et pourtant toujours à la hauteur, ils savent parfaitement recomposer en couleur et texture ce que l’esprit, déjà conquis, a su appréhender à la lecture de :

 

chou-fleur
jaune violet vert

ris de veau
marron kiwi miel

courge
noisette grenade sauge

céleri
branche rave truffes

homard
noix de coco limette horchata

lotte
rutabaga pomme gruyère

bœuf
matsutake matsutake matsutake (vous disiez ?)

carotte
érable gingembre raisin

chocolat
noir gianduja mexican

chartreuse
verte

…La dernière touche, c’est vrai, c’était un peu pour se plonger dans l’univers des frères Chartreux, de cette liqueur magique, forte en alcool (55° pour la verte et 30° pour la jaune) mais aussi en plantes et fleurs (plus de 130 espèces différentes en un seul breuvage).

Une fin donc à la mesure du voyage, à la fois puissante et délicate, qui clôt à merveille cette symphonie de goûts et de parfums.

.

J’aime le vrai beurre,
tout plein de saveur.

Les yaourts au lait entier,
car à quoi bon se priver.

Le pain plein de mie blanche et lourde,
croquer la baguette, alors sourde

aux bonnes manières, soit dit en passant.
La crème fraîche à 75 %,

Les camemberts non pasteurisés,
du poulet rôti la peau dorée.

La viande toujours saignante,
bien rouge et consistante.

Les légumes croquants,
d’un bruit sec sous la dent.

Et l’ail dans toutes ses formes,
crue, cuite, jamais hors norme.

Oui, les fromages coulants et trop faits,
Les champignons à l’odeur de forêt,

La chantilly à la mousse onctueuse,
celle qui rend douce et langoureuse

La tatin faite maison
dont la croûte fleure bon.

Après les condiments brûlants,
qui laissent le corps tout tremblant.

Les plats qui font pleurer,
De douleur à la joie alliée.

Les mets relevés, sucrés ou poivrés
Bref, j’aime le vrai, le fort, le goûté

Et surtout…..no Ersatz.

.